BLOG JOELLE VERBRUGGE PHOTOGRAPHE http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com Joëlle Verbrugge - Auteur-photographe Mon, 17 Jul 2017 20:06:54 +0000 fr-FR hourly 1 Image gagnante : mon p’tit best of « rugby » avec Charles Ollivon http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/image-gagnante-mon-ptit-best-of-rugby-avec-charles-ollivon/ http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/image-gagnante-mon-ptit-best-of-rugby-avec-charles-ollivon/#respond Mon, 17 Jul 2017 20:03:36 +0000 http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/?p=3134 >>> Lire la suite]]> Bonsoir à tous,

Courant juin, j’effectuais pour l’agence « Image Gagnante » une série « au coeur du sport » avec Charles OLLIVON, rugbyman du XV de France.

Ce fut un excellent moment, dans la bonne humeur et sous un soleil de plomb..

Le palmarès de ce sympathique champion et quelques mots de présentation se trouvent sur l’article du blog d’Image Gagnante : PAR ICI.

Et pour voir ma petite sélection perso, c’est en cliquant sur la mosaïque ci-dessous.

À très bientôt

Joëlle

]]>
http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/image-gagnante-mon-ptit-best-of-rugby-avec-charles-ollivon/feed/ 0
« Croire en ses rêves » – Épisode 3 – Interview de Ludovic FLORENT http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/croire-en-ses-reves-episode-3-interview-de-ludovic-florent/ http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/croire-en-ses-reves-episode-3-interview-de-ludovic-florent/#comments Wed, 12 Jul 2017 19:59:41 +0000 http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/?p=3113 >>> Lire la suite]]> Bonjour à tous,

Pour ce troisième volet de la série « Croire en ses rêves »,  je vous propose de rencontrer Ludovic FLORENT. Je lui laisse la parole. Mais pour une fois, je répondrai au bas de l’interview, puisque Ludovic termine en me posant une question qui peut vous intéresser aussi..


Q ? Bonjour Ludovic. Nous nous sommes rencontrés grâce à ta série “Poussière d’étoiles” que j’avais vue sur Internet, ce qui m’a permis de découvrir aussi le reste de ton travail. Peux-tu te présenter en quelques mots, et raconter comment tu es tombé dans la photographie ?

Je suis (ou j’étais, tellement cela me parait loin maintenant) ingénieur BTP. Je suis arrivé, comme beaucoup, à la photographie  en tant qu’amateur. J’avais une fibre créatrice en moi, et j’ai longtemps cherché le média qui me correspondait. La photographie a été pour moi une révélation.

Depuis le début je me suis exclusivement intéressé à l’humain sous toutes ses formes. Mon sujet de prédilection est l’expression corporelle et la danse, mais je pratique beaucoup aussi le portrait. C’est tellement riche et intense ! Je suis auteur photographe depuis 2009, et je me consacre exclusivement à la photographie maintenant depuis 3 ans.

Q ? Depuis quelques mois, tu t’es lancé dans un gros projet aux multiples facettes. Peux-tu nous en dire un peu plus sur le concept général ? 

Oui, à première vue cela peut paraitre complexe, mais en fait, c’est extrêmement cohérent. J’avais besoin d’un nouveau local pour y installer mon studio et réaliser mes projets artistiques et mes commandes de portraits. J’ai ainsi crée « L’Atelier de Charles » et y ai étendu bien au-delà son champ d’activité, en m’adressant également aux professionnels de l’image, car les autres photographes sont mes confrères, pas mes concurrents !

Tout d’abord, un studio est un investissement particulièrement lourd, et tout le monde ne peut pas en disposer. Je ne l’utilise pas nécessairement à plein temps, je me suis donc dit qu’il était naturel de le mutualiser, afin que les photographes qui n’en possèdent pas puissent eux aussi prétendre à des commandes qu’ils n’auraient pas pu faire sans cela.

J’ai également développé un laboratoire d’impression fine art, avec quelques produits assez exclusifs comme la Piezography et le Chromalux, afin que les photographes puissent avoir des tirages de qualité afin de présenter leur travail à leurs clients, ou alors préparer leurs expositions. Une photographie prend tellement toute sa superbe une fois qu’elle est sur papier, je suis un amoureux des beaux tirages.

Et bien sûr, et c’est sans doute le pilier central de l’Atelier, un organisme de formation professionnelle, afin que la communauté des photographes puisse monter en compétence grâce à l’intervention de consultants de très grandes compétences.

Pour que quelqu’un puisse prétendre animer une formation à l’Atelier, il lui faut 3 caractéristiques : qu’il soit un expert dans son domaine d’activité, qu’il soit passionné par son métier, et qu’il soit pédagogue.

Et pour finir, également une galerie d’art destinée exclusivement à la photographie, car il y a tellement de talents qui méritent de trouver un espace pour présenter leurs travaux au public.

Exposition de Julie de Waroquier dans « L’Atelier de Charles »


Q ? Quel fut, jusqu’à ce point, le principal défi relevé pour arriver à ce stade de ton projet ? 

Je ne vais pas être original, je dirais les formalités administratives, surtout en ce qui concerne l’activité de formation. Il y a beaucoup de documents à produire, et souvent exclusivement sur le seul aspect de la forme pour obtenir le droit de débuter et surtout de continuer cette activité, c’est consternant.

Q ? Tu m’as parlé de la facette “formation” du projet, pour laquelle tu t’es fixé une ligne de conduite : laquelle, et pourquoi ? 

Dans la formation, il y a beaucoup de comportements qui sont justes totalement inacceptables, car trop en voient juste la manne financière qu’elle peut représenter.

De mon point de vue, la formation est avant tout une forme d’altruisme. Il faut avant toute autre chose être tourné vers les autres et être convaincu que c’est une belle opportunité de transmettre son savoir.

De ce fait, j’ai voulu que la formation soit accessible au plus grand nombre. Je me bats donc au quotidien pour que les formations qui sont données à l’Atelier restent dans les taux de remboursement des organismes financeurs pour que celles-ci puissent être, du coup, au final potentiellement gratuites pour les stagiaires.

Les photographes vivent mal de leur activité, je ne voulais donc pas que l’argent soit un critère discriminant pour se former, qui est de mon point de vue un besoin élémentaire, car celui qui ne se forme pas n’a aucune chance de réussite tant notre activité est complexe sur beaucoup de ses aspects.

J’aide à monter les dossiers de demande de prise en charge car presque tous les photographes ignorent leurs droits ! Ils en sont souvent étonnés ! Cela concerne les auteurs, les artisans, les gérants, les auto-entrepreneurs … bref, tous les statuts en réalité.

Q ? Enfin, la question que je réserve pour la fin dans ces interviews : Dans tes rêves les plus fous, quel serait LE but à atteindre pour que ton projet soit un succès, et quel serait le plus gros défi à surmonter pour y arriver ? 

C’est une question presque philosophique, tant la notion de « réussite » peut être débattue.

Je dirais que je serais content quand je constaterai que ma modeste contribution a permis à la photographie de retrouver un peu de ses lettres de « noblesse ». En effet, les photographes ont été très malmenés depuis l’apparition du numérique de la précarisation de l’économie depuis les années 2000, et voir autant de talents galérer à ce point m’attriste. Je définirais « noblesse » par deux mots qui sont « respect » et « valeur ». Je milite pour cela depuis toujours et c’est dans ce but que j’ai créé l’Atelier.

Le plus gros défi vient sans doute des photographes eux-mêmes ! Il faut vraiment qu’ils soient conscients de leur valeur, qu’ils arrêtent de se brader et de se dévaloriser. Ils doivent être fiers de leur art, et faire bloc collectivement pour hisser toute la communauté que nous représentons vers le haut. C’est notre seul salut.

Merci à toi pour ce bel interview, je suis touché d’avoir une petite place dans ton blog. Et pourquoi pas envisager tous les deux la réalisation d’une formation sur le droit dans la photographie, car je pense que nous défendons les mêmes valeurs. Partante ? 😉

 

© Ludovic FLORENT – Juillet 2017

 

En réponse tout d’abord à la notion de « réussite », qui fait d’ailleurs couler beaucoup d’encre depuis une « maladresse » présidentielle récente, j’ai vu passer cette citation qui pourrait être un bon début de définition.

« Réussir sa vie

Rire souvent et sans restriction ; s’attirer le respect des gens intelligents et l’affection des enfants ; tirer profit des critiques de bonne foi et supporter les trahisons des amis supposés ; apprécier la beauté ; voir chez les autres ce qu’ils ont de meilleur ; laisser derrière soi quelque chose de bon, un enfant en bonne santé, un coin de jardin ou une société en progrès ; savoir qu’un être au moins respire mieux parce que vous êtes passé en ce monde ; voilà ce que j’appelle réussir sa vie ». (Ralph Waldo Emerson)

Après qu’il m’ait envoyé ses réponses, nous avons pu échanger un peu sur sa dernière question. Et nous sommes tombés d’accord sur un point : la première chose à faire était de vous demander…  On vous laisse réagir au bas de cet article…

En tout cas, mille mercis Ludovic, de t’être prêté au jeu de mes petites interviews « Croire en ses rêves ».

 

© Photos Ludovic FLORENT
Portrait : © Gaël LESURE

Les liens utiles :
« L’Atelier de Charles »

Pour voir les précédents articles de cette rubrique :
« Croire en ses rêves » – Épisode 1 – Emmanuel Boitier
– « Croire en ses rêves » – Épisode 2 – Nicolas Poizot

 

]]>
http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/croire-en-ses-reves-episode-3-interview-de-ludovic-florent/feed/ 3
Une plongée dans la brume et la sérénité avec Emmanuel BOITIER http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/une-plongee-dans-la-brume-et-la-serenite-avec-emmanuel-boitier/ http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/une-plongee-dans-la-brume-et-la-serenite-avec-emmanuel-boitier/#respond Tue, 11 Jul 2017 17:31:45 +0000 http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/?p=3106 >>> Lire la suite]]> Bonjour à tous,

Suite de mes lectures photo. Je suis toujours dans les petits livres d’art publiés chez Emmanuel Boitier Éditeur, et j’ai cette fois découvert (et adoré) l’ouvrage dont Emmanuel Boitier est lui-même l’auteur : « Les montagnes célestes du Hung Shan »

Il ne s’agit pas, pour celui-ci, de la collection « Les Petits Portfolios » que j’ai déjà évoquée à différentes reprises ICIICI et ICI mais d’un ouvrage légèrement plus grand (en taille).

Derrière le viseur, donc, l’éditeur lui-même, qui nous offre une superbe balade dans ces montagnes sacrées chinoises. C’est magnifique, et remarquable…  certes le décor s’y prête, et fut maintes fois reproduit comme l’auteur l’explique dans le texte d’introduction. Mais la combinaison des brumes et des reliefs donne à la série une très belle dimension.

Une balade de 36 pages en papier d’art, que l’on regrette de terminer une fois l’ouvrage parcouru… j’ai donc relu ensuite.

J’aurais adoré une cinquantaine de pages de plus, car le sujet s’y prête bien, surtout en alternant des plans larges et les détails plus graphiques. Et j’aimerais aussi beaucoup pouvoir un jour aller y balader mes boitiers.

Merci à l’auteur pour ce dépaysement et la sérénité qui s’en dégage…

Message personnel pour les cardiologues : envoyez vos patients sur les escaliers de la page 22, ça devrait les remettre d’aplomb (si toutefois ils survivent).

C’est décidément une maison d’édition à suivre de près…

À très bientôt pour de nouveaux articles.

Joëlle Verbrugge


« Les montagnes célestes du Huang Shan », par Emmanuel BOITIER
Emmanuel Boitier Editeur
36 pages
24×21 cm
PAR ICI

 

]]>
http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/une-plongee-dans-la-brume-et-la-serenite-avec-emmanuel-boitier/feed/ 0
« UUMMANNAQ » de Camille MICHEL : entre traditions et modernité http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/uummannaq-de-camille-michel-entre-traditions-et-modernite/ http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/uummannaq-de-camille-michel-entre-traditions-et-modernite/#respond Sat, 01 Jul 2017 18:05:51 +0000 http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/?p=3079 >>> Lire la suite]]> Bonjour à tous,

Au programme « lecture » du jour, un 3ème ouvrage de la collection « Les petits portfolios » dont j’ai déjà présenté 2 ouvrages, ICI et ICI.

Aujourd’hui j’ai découvert « UMMANNAQ », de Camille MICHEL.

 

L’auteure, Camille MICHEL, nous propose une approche journalistique d’une île du Groenland (« Ummannaq »), dont les habitants sont tiraillés entre traditions et modernité.

Les contradictions de la consommation et leur impact sur la nature, et une série de photos alternant entre les traces de l’Homme et son isolement.

La démarche est ici un peu différente des deux premiers ouvrages que j’avais chroniqués : le témoignage prend le pas sur l’esthétisme pur sur certaines pages, alors que d’autres replacent l’Homme là où il aurait dû rester : tout petit dans la nature (pp. 36 & 37 notamment : un minuscule petit point dans l’immensité).

De nouveau un petit ouvrage qui se laisse lire avec plaisir….

… et que je suis donc contente d’ajouter à ce début de collection dans ma bibliothèque.

Suite au prochain épisode.

Joëlle

]]>
http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/uummannaq-de-camille-michel-entre-traditions-et-modernite/feed/ 0
Une série avec modèle vivant, pour changer du sport http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/une-serie-avec-modele-vivant-pour-changer-du-sport/ http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/une-serie-avec-modele-vivant-pour-changer-du-sport/#respond Thu, 29 Jun 2017 07:41:41 +0000 http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/?p=3052 >>> Lire la suite]]> Bonjour à tous,

Il y a quelques semaines, je publiais un compte rendu de lecture du livre « L’art de la pose », de Florence RIVIÈRES (voir ICI)

Je terminais à ce moment l’article en disant que son livre m’avait donné envie d’essayer une séance avec un modèle vivant.

Aussitôt dit, aussitôt fait. A l’occasion d’un déplacement professionnel, j’ai pu réaliser une série avec une modèle et un ami photographe qui avait organisé ça de main de maître (et c’était une prouesse, car je l’ai prévenu de mon déplacement peu de temps avant, et que le timing était serré, entre la descente d’avion et le rendez-vous suivant)…

Bref…nous voici tous trois dans la nature..


Modèle : Jessica JOPHA

J’ai donc le plaisir de vous inviter à jeter un oeil sur ma première série de nu artistique (soyez indulgents 🙂 ).


Un grand merci à Jessica JOPHA, ainsi qu’à Patrick HUGUET.

Et à très bientôt pour de nouveaux articles.

Joëlle Verbrugge

]]>
http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/une-serie-avec-modele-vivant-pour-changer-du-sport/feed/ 0
« Croire en ses rêves » – Épisode 2 – Interview de Nicolas Poizot http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/croire-en-ses-reves-episode-2-interview-de-nicolas-poizot/ http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/croire-en-ses-reves-episode-2-interview-de-nicolas-poizot/#respond Tue, 27 Jun 2017 18:38:02 +0000 http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/?p=3038 >>> Lire la suite]]> Bonjour à tous,

Au programme du jour, la seconde interview de cette nouvelle rubrique « Croire en ses rêves ». C’est aujourd’hui Nicolas POIZOT, créateur du désormais célèbre site « Exposez vos photos », qui a accepté de se prêter au jeu. Nicolas écrit comme il parle, c’est d’ailleurs ce qui fait, entre autre, le succès de son blog. Alors j’ai laissé tout en l’état..

Et je lui laisse la parole.

Q : Nicolas, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Alors Nicolas, je pratique la photographie depuis maintenant quelques années. J’ai débuté, il n’y a pas si longtemps que ça, puisque c’était en 2006. Après une grosse période de technique sur à peu près tous les sujets, je dirais que ma photographie est soit esthétique, soit documentaire. Esthétique lorsque je pratique l’instantané, à travers notamment des films périmés de Polaroid. Et documentaire lorsqu’une question de société m’interpelle. Comme par exemple à travers la série « Sans vis-à-vis »
Au delà de la pratique de la photographie en tant que telle, j’aime bien être côté organisateur. Je l’ai été pendant 2 à 3 ans avec mon compère Vincent sur les Echappées Belles. Une exposition collective que nous avions mise en place sur Paris et que nous avons rééditée 6 fois. En présentant à chaque édition 9 artistes aux univers très différents.
C’est ce qui m’a amené très naturellement, après l’arrêt des Echappées Belles, à mettre en avant cette expertise à travers le site Exposez-vos-photos.fr

Q : Comment sont nés ton site et tes deux ouvrages ?

Exposez-vos-photos.fr est né 2 fois 🙂 Une première fois en 2015, quelques mois après la 6ième édition des Echappées Belles (la dernière). Au bout d’un mois, comme je n’arrivais pas vraiment à écrire, ou à trouver un fil conducteur, il a disparu dans les limbes 😉
Et c’est en mars 2016 que m’est venue l’idée de finalement écrire mes conseils d’exposition dans un livre. Livre qui existe en version papier ou ebook.

La première version du site d’ailleurs était globalement une manière de mettre en avant le livre. En à peine 2 mois et avec l’aide de 2 correcteurs la version ebook était en ligne. La version papier est arrivée un peu plus tard fin juillet.
Le site s’est enrichi d’articles que j’écrivais pour faire découvrir le livre. Certains articles sont d’ailleurs maintenant très nouveaux par rapport au contenu du livre. Je sais d’ores et déjà que le jour où je sors une nouvelle édition, il y a de la matière à rajouter à l’intérieur.

Fondamentalement le plus gros changement sur le site est arrivé en juillet, soit à peine 3 mois après la naissance du site, avec la création de la Carte des Expos.

En tant qu’organisateur, voire même visiteur, c’est finalement assez compliqué de connaitre l’actualité des expos photos qui peuvent m’intéresser. L’avantage de la carte c’est qu’elle montre à un instant T, les expos qui sont en cours ou à venir n’importe où.
Je viens d’ailleurs de fêter les 1500 événements enregistrés sur la carte en 1 an d’existence. 500 de juillet à décembre et 1000 depuis janvier, donc le double sur une même période.

Le deuxième livre est très particulier car il faut le voir comme un équivalent du célèbre Who’s Who. Livre qui référence pas moins de 22.000 célébrités en tout genre. Le mien lui a pour objectif de référencer les lieux d’exposition les festivals, les appels à candidature ou les prix. Il me demande évidemment pas mal de travail, mais il progresse tranquillement et va passer rapidement la barre des 500 spots. Le terme « spot » est plus général puisqu’il n’y a pas que des lieux dans cet ebook. Évidemment celui-ci n’existe qu’en Ebook, puisqu’actuellement il fait 1200 pages. Comme le Who’s Who, l’idée est de fournir à tout photographe désireux d’exposer un outil lui permettant de gagner du temps.

La dernière grosse migration a eu lieu en mars et vient de se terminer. Il s’agissait de transformer le site afin de mettre en avant les articles et les événements, vos événements. Et évidemment que cela soit efficace et rapide. C’est chose faite puisque maintenant Exposez-vos-photos.fr présente l’actualité de vos événements photographiques. Qu’il s’agisse d’un appel à candidature, d’une exposition ou d’un festival!

Q ? Quel est le principal défi que tu aies eu à relever jusqu’à présent ?

Même si chaque phase a eu ses défis, je pense que les 2 plus gros ont été l’écriture du livre et la mise en place de la carte. Le livre, car écrire un livre ça n’est pas forcément simple au démarrage. Il faut trouver le fil conducteur, créer son plan et garder un rythme d’écriture sur des semaines, voire des mois. Faire un livre n’est pas forcément compliqué, faire un bon livre, utile, agréable et efficace est à mon avis plus compliqué. Le 2ième défi est arrivé par accident. Après les articles je cherchais un moyen de mettre en avant les événements photographiques. Par contre je ne voulais pas refaire un éternel agenda avec 10 événements sur la première page et finalement ensuite vous disparaissez dans les limbes. Je sortais d’un projet Internet où la notion de carte était le pivot du projet. Et c’est comme cela que c’est devenu assez évident. Présenter les événements photographiques de manière dynamique sur une carte, apporterait quelque chose d’intéressant. Globalement c’est une première à cette échelle.
A titre d’exemple en juillet, c’est plus de 200 événements photographiques qui vont avoir lieu un peu partout en France. Ils sont tous référencés sur la carte.
Le plus gros défi a été donc de trouver la solution et à la mettre en place.

Q : Quels sont les aspects positifs déjà créés par le site ? (Rencontres inespérées, échanges intéressants et inattendus, etc.)

Alors ben écoute rien qu’avec le livre, j’ai rencontré pas mal de mondes notamment toi hein 🙂

Des gens avec qui j’ai pu en discuter et qui l’ont mis en avant sur leurs sites respectifs. Je dois avouer qu’avec le recul, le livre a eu une belle couverture dans les mois suivant sa sortie.
Au fur et à mesure que le site progresse, je suis contacté pour mettre en place des partenariats ou pour tout simplement en discuter. Au delà du trafic des visiteurs qui ne cesse d’augmenter, c’est je crois le meilleur indicateur de l’utilité d’un site. Ce qui est d’ailleurs intéressant, ce sont les mails que je reçois pour me remercier du travail et de la mise en avant des événements sur la carte. Cela fait chaud au coeur.
Après ce sont les aspects positifs pour moi, mais je pense surtout aux aspects positifs pour les photographes. C’est dur d’avoir une bonne visibilité de son travail et surtout lorsqu’on expose. L’objectif et l’enjeu de la carte sont là.

Q : Quel serait, dans tes rêves les plus fous, le plus bel objectif à atteindre à réaliser pour développer ton projet ? Le plus gros défi, le truc que tu gardes en ligne de mire en te demandant combien de temps ça pourrait prendre et comment y parvenir, mais à quoi tu ne renonceras pas ?

Le vrai, le super, le méga défi, c’est que le site et donc la carte deviennent internationaux. J’ai déjà des visiteurs depuis l’étranger notamment sur des expositions faisant partie de gros festival comme les rencontres d’Arles. Mais il faut bien avouer que pour l’instant c’est surtout la francophonie que je touche. Le jour où j’arrive à basculer en mode international avec des expositions un peu partout au monde, là mon super défi sera atteint.

Je rêverai de voir une carte avec la densité que l’on peut voir actuellement en France, mais partout!

(NDLR : Pour faire un premier pas vers ce but à atteindre, je précise que le blog est déjà en partie traduit en Espagnol).

© Nicolas POIZOT – Juin 2017

_____________
Image d’accroche : © Dyya Eldin – Licence Creative Commons
Portrait : © Nicolas Poizot et accolyte anonyme – Autoportrait assisté

 

]]>
http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/croire-en-ses-reves-episode-2-interview-de-nicolas-poizot/feed/ 0
« Croire en ses rêves » – Épisode 1 – Interview d’Emmanuel BOITIER (éditeur) http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/croire-en-ses-reves-episode-1-interview-demmanuel-boitier-editeur/ http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/croire-en-ses-reves-episode-1-interview-demmanuel-boitier-editeur/#respond Thu, 22 Jun 2017 16:29:46 +0000 http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/?p=3022 >>> Lire la suite]]>

« Un gagnant est un rêveur qui n’abandonne jamais. » (Nelson MANDELA)

Pourquoi cet article ? (Qui n’est que le premier d’une série)

Partant de cette petite phrase de Nelson MANDELA (et de bien d’autres qui m’ont poussée ou continuent à me pousser vers la réalisation de différents projets), j’ai récemment eu un petit coup de coeur pour une maison d’édition. Je vous ai déjà parlé de deux ouvrages, ICI et ICI.

Sachant que je vais aussi lire les autres, j’ai voulu en savoir plus sur la genèse de ce projet.

Créer une maison d’édition à l’heure où la Culture n’est vraiment pas la priorité de bon nombre de lecteurs, mais surtout des pouvoirs publics, relève parfois du défi. Et j’aime les défis et ceux que cela n’effraie pas.

J’ai donc proposé à cet éditeur, Emmanuel BOITIER, de m’en dire plus sur ce qui l’a amené à ce projet, et j’ai inclus dans mes questions – comme je compte bien le faire avec d’autres ensuite – une question formulée comme ceci : « Quel serait, dans vos rêves les plus fous, le plus gros défi à relever dans votre projet ? »
On dit parfois qu’il suffit de visualiser réellement un résultat pour tout mettre en place et permettre qu’il se produise….
Il ne reste alors plus, à présent, qu’à voir en combien de temps ce défi sera réalisé….

Laissons à présent la parole à Emmanuel BOITIER

Q : Emmanuel Boitier, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Après une première carrière en ingénierie écologique, je suis photographe professionnel depuis 2009. Je collabore régulièrement avec plusieurs magazines, en France et à l’étranger : l’essentiel de mon activité consiste à produire de l’illustration et des reportages, pour des titres comme Terre Sauvage, Alpes magazine, Destination, Wapiti, Nat’Images, Terra… Je joins de plus en plus également la plume à l’image, certains de ces magazines me demandant également de rédiger des articles.

Q : Comment est née cette maison d’édition ?

Cela faisait un moment que cela me trottait dans la tête. Il faut dire qu’ayant publié plusieurs livres ces dernières années, certains en autoédition, je commençais à avoir une petite expérience de la manière dont j’envisage le travail d’éditeur. Par ailleurs, nous formons, avec ma compagne Perrine, un couple de photographes qui aimons véritablement la Photographie, et nous pensons qu’une image ne commence à exister qu’une fois tirée ou imprimée avec soin sur ce merveilleux support qu’est le papier. En tant qu’amoureux des livres, nos bibliothèques débordent trop régulièrement…  C’est donc tout naturellement qu’est venue l’idée de devenir micro-éditeur de livres dédiés à l’Art de l’image, et plus particulièrement à la Photographie, en privilégiant la qualité au nombre, avec une réflexion avancée sur la manière de faire les choses, du choix des auteurs au fait, par exemple, de faire imprimer les livres en France.

Q : Quelle est la principale difficulté que rencontre un éditeur qui se lance ?

Outre l’aspect financier, la principale difficulté est de faire connaître les livres et de les diffuser. La diffusion est le nerf de la guerre. Mais c’est un peu le même combat que celui du photographe : faire les plus belles images ne suffit pas, il faut aussi savoir les faire publier et les vendre.

Q : Envisagez-vous d’autres collections ? (format, volumes d’ouvrages etc..)

Avant d’envisager une autre collection, j’envisage déjà de faire vivre, de compléter et d’enrichir la collection du Petit Portfolio !

Je n’en suis qu’à un coup d’essai : l’éventuelle suite dépend uniquement du succès (ou non) du début de la collection et des quatre premiers volumes. J’ai déjà plusieurs autres volumes en tête et une liste d’auteurs à contacter. Les premiers retours sont encourageants : le concept plaît, la qualité d’impression également, la variété des approches photographiques aussi, et l’objet même, ce petit livre que l’on a tout de suite envie de s’approprier et de découvrir, est grandement apprécié.

Après si Le Petit Portfolio permet d’asseoir de bonnes bases et d’envisager d’autres volumes et collections, je n’y verrai bien entendu aucun inconvénient : ce ne sont pas les idées qui me manquent !

 

Q : Quel est l’auteur que vous rêveriez de publier sans oser l’approcher ?

Je ne suis absolument pas intimidé pour contacter des auteurs potentiels. J’ai déjà contacté des photographes et des écrivains célèbres que j’apprécie pour des projets, et cela s’est fait le plus naturellement du monde, sans difficulté. Il faut dire que je ne suis pas trop du genre à idolâtrer… alors, je m’autorise tous les rêves !

Après si cette question est une manière détournée de me demander ce qui nourrit mon univers de photographe, je dirais que mon inspiration est un mélange protéiforme, nourrie de musique, de littérature et d’images. Je suis un peu boulimique d’images et je suis les travaux de très nombreux photographes. Il m’est difficile de citer des noms, car en citer c’est en oublier d’autres. Néanmoins, je peux dire que des photographes comme Michael Kenna, Sebastiao Salgado, Shinzo Maeda et Ragnar Axelsson sont pour moi des références. J’aime les photographes qui travaillent des séries et approfondissent des sujets, dans des univers parfois un peu différents du mien, je peux citer par exemple Evgenia Arbugaeva, Ellie Davies, Olaf Otto Becker, Hans Strand, Josef Hoflehner…, j’aime aussi les gens créatifs car je ne le suis absolument pas, comme Sandra Bartocha par exemple. Et en tant qu’éditeur, il est évident que le profil de certains d’entre-eux m’intéresse au plus haut point !

Q : Quel serait, dans vos rêves les plus fous, le plus gros défi à relever dans votre projet ?

 Cela peut paraître un manque d’ambition, mais le fait d’arriver à pérenniser l’activité pour pouvoir éditer de beaux livres de photos serait déjà un énorme défi.

© Emmanuel BOITIER – Juin 2017

 

Portrait d’Emmanuel Boitier : © Perrine D.
Photo d’accroche en tête d’article : © Megan Hodge – Licence Creative Commons

]]>
http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/croire-en-ses-reves-episode-1-interview-demmanuel-boitier-editeur/feed/ 0
« Monochromies » de Bastien RIU – Les petits portfolios http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/monochromies-de-bastien-riu-les-petits-portfolios/ http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/monochromies-de-bastien-riu-les-petits-portfolios/#respond Wed, 21 Jun 2017 19:36:52 +0000 http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/?p=3019 >>> Lire la suite]]> Bonsoir à tous,

Je poursuis mes découvertes du côté des ouvrages de cette collection « Les Petits Portfolios » dont je vous parlais déjà il y a quelques jours (VOIR ICI).

Au programme de ma fin de soirée d’hier, « Monochromies » de Bastien RIU

Toujours sur le même principe bien sûr (petit format, petit prix, papier d’art).

Je connaissais une partie des photos de Bastien RIU, un auteur que je suis de près et dont j’aime beaucoup les compositions.

Je n’ai donc pas été déçue par cette lecture.

Une alternance de contrastes et de bokehs… à nouveau le rythme est bien équilibré.

Pour ceux qui auraient l’ouvrage sous les yeux : mes préférées sont en couverture, mais aussi sur la double page 20-21.

Enfin, j’ai une petite question à l’éditeur : Je suis très intriguée par la double page 40-41. Au vu des sujets, j’imagine que ce sont deux photos différentes, mais le raccord est vraiment parfait….  Alors..  une photo de génie ou deux qui se répondent avec une telle perfection ???

En attendant, donc, je confirme ma bonne impression de départ….

Et je n’ai pas fini de découvrir. Affaire à suivre.

                                                                     Joëlle

Pour en savoir plus
RIU Bastien, « Monochromies », 48 pages

]]>
http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/monochromies-de-bastien-riu-les-petits-portfolios/feed/ 0
« Cicatrices » de Lionel ORRIOLS dans une belle petite collection d’art http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/cicatrices-de-lionel-orriols-dans-une-belle-petite-collection-dart/ http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/cicatrices-de-lionel-orriols-dans-une-belle-petite-collection-dart/#respond Mon, 19 Jun 2017 20:33:33 +0000 http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/?p=3005 >>> Lire la suite]]> Bonsoir à tous,

Un retour de lecture, pour aujourd’hui.

J’ai en effet récemment découvert la maison d’édition d’Emmanuel Boitier, qui propose, notamment une collection petit format intitulée « Le Petit Portfolio ».

 

Quelques ouvrages sont déjà parus dans cette collection, sur le principe suivant :

  • Petit format (16×16 cm)
  • Tirage limité à 300 exemplaires
  • Papier d’art
  • Prix réduit (15 €)

À mon humble avis une excellente recette qui devrait très bien marcher.

J’ai donc voulu voir ça de plus près, et j’ai commandé « Cicatrices », de Lionel ORRIOLS.

 

D’entrée, un petit texte qui résume à lui seul la démarche de cette série photographique :

« Les créations de l’activité humaine et de la nature dans la solitude et la pureté hivernale, comme des cicatrices perdues dans le temps. »

 

Très belle surprise déjà à la réception. La qualité du papier est vraiment excellente, et l’impression d’ensemble donne envie d’ouvrir…. Mais bon, stoïque.. j’étais au bureau à ce moment, j’ai patienté un peu (si, si, j’en suis capable… le plus souvent… enfin disons « parfois »…. quand vraiment je n’ai pas le choix) pour découvrir à l’aise.

Je m’avoue vraiment séduite tant pas l’objet lui-même que par le caractère minimaliste de la série présentée. La série est cohérente, les photos se répondent… La lecture est rapide (dommage.. 🙂 ). Mais vraiment magnifique ! Minimalisme et sérénité… le pari est gagné, il se dégage de ce petit ouvrage une atmosphère vraiment agréable.

Donc… j’ai eu envie de voir la suite de la collection.

Suite au prochain épisode, je reviens dès que j’ai lu la suite.

Pour voir cela de plus près, c’est donc par ici :

Lionel Orriols, « Cicatrices », Emmanuel Boitier Éditeur, 48 pages.

 

]]>
http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/cicatrices-de-lionel-orriols-dans-une-belle-petite-collection-dart/feed/ 0
Teasing http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/teasing-3/ http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/teasing-3/#respond Thu, 15 Jun 2017 07:36:59 +0000 http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/?p=3002 >>> Lire la suite]]> Bonjour,

Comme la météo a décidé qu’aujourd’hui je serais uniquement à l’intérieur, voici – avant de replonger dans mes dossiers – une image pour un peu de teasing sur la prochaine série qui sera publiée…

 

Je reviens avec un petit best of et quelques détails sur les acteurs de cette série dans un p’tit moment….

En attendant, je vous souhaite une excellente journée..

Joëlle

 

]]>
http://blog.verbrugge-joelle-photographe.com/teasing-3/feed/ 0