Mots clés : Serge Smulevic