Actualités

Des mains au travail

Actu image

Bonsoir

Parmi toutes les disciplines de la pelote basque, il en est une qu’on voit rarement pratiquer, ou du moins sur laquelle on semble communiquer moins que sur les incontournables cesta punta ou pelote à main nue.

Il s’agit du Xaré (prononcer « Charé », et si vous pouvez rouler un peu le « R » ça fera plus local  – le béret basque n’est pas obligatoire). Le Xaré a une forme de raquette, faite de bois et d’un filet de corde non tendu.

xare_js

Et vendredi dernier, je rendais visite à un fabricant de Xaré, pour la suite de ma série sur les mains au travail.

Jacques Saldubéhère, qui anime notamment le blog Pilotazain  ainsi que l’association Arbaso (fédérant des artisans basques toutes disciplines confondues – www.arbaso.com), m’a consacré près de trois heures pour une formation accélérée sur l’histoire de la pelote basque.

Et j’ai compris.. enfin… pourquoi j’avais l’impression de ne rien comprendre en assistant à une partie de rebot en juin 2012…

Et l’évolution des gants n’a (presque) plus aucun secret pour moi.

Xare---IMG_1644--Medium-
Bref donc, entre les explications, j’ai quand même sorti un peu le boîtier. Les conditions de lumière n’étaient pas idéales, mais quelques détails restent très photogéniques. Et ce mélange de bois ou d’osier (selon les cas) et de corde est très graphique.

Xare---IMG_1710--Medium-

Et quant à cette photo, qui était le sujet de ma petite devinette de la semaine dernière….

Xare---IMG_1601

…. il s’agit de paires de cadres en osier, qui doivent après avoir été mis en forme sécher pendant au moins une semaine.. et pour qu’ils ne se déforment pas, on les fixe 2 par 2, la structure de l’un retenant celle de l’autre, puis on les pend le temps de séchage. L’osier (ou le noisetier parfois) est mis en forme après avoir trempé environ 2 semaines dans de l’eau, d’où la nécessité de séchage ensuite.   Ma photo était donc un gros plan d’une partie de ces cadres en cours de séchage, avant que ne commence le travail de tressage et de fixation de la corde.

Pour voir la galerie complète de ce reportage, c’est PAR ICI.

A très vite

Joëlle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.