Actualités

FESTIVAL PHOTO DE DAX – Épisode 9 (et fin)

Bonjour à tous,

Me voici déjà à la fin de cette série d’articles.

La balade à Dax, le samedi 2 juin, s’est en effet clôturée avec une expo qui, celle-ci, n’était pas à ciel ouvert. Le parrain du Festival, le célèbre Hans Silvester, exposait sa série  » Bench ».

J’avais déjà parlé de ce photographe sur ce blog :

Et j’ai dans ma bibliothèque, outre l’ouvrage dont je parlais dans cet article, l’un de ses livres consacré au Pays basque, ainsi que l’ouvrage « Fenêtre sur l’Afrique ».

Cette expo est consacrée à une population nomade du Rift. Et là, graphiquement, j’ai pris une belle claque.

Le village que le photographe a eu la chance de photographier est le type même d’endroit où j’aimerais passer quelques jours, juste à me poser là, avec l’appareil, et à voir ce qui se passe.

Des photos magnifiques, vivantes et colorées, accompagnées bien sûr des explications de l’auteur.

Nous avons à présent pourquoi tant de poules sont, aussi, présentes sur les photos exposées…

Nous savons aussi pourquoi il deviendra difficile, à cause des américains, de photographier encore ces huttes avec leur toit de chaume….

Et moi j’ai juste regretté une chose : qu’il n’y ait pas, sur place, un stock du bouquin consacré à cette série de photos. Car j’aurais pu alors l’acquérir à cet endroit et le faire dédicacer par son auteur. Avis, Messieurs les organisateurs : autorisez les photographes à vendre aussi leurs bouquins aux visiteurs…

Je l’ai donc commandé ailleurs, et je devrai me passer de dédicaces. Mais par contre je me réjouis de lire cela à l’aise.

Et je vous renverrais bien vers le site officiel du photographe, mais il semble qu’il n’y en ait pas… dommage….

J’espère pour ma part que cette série d’article vous a plu.

Et à très bientôt pour quelques retours de lecture, et sans doute une série sportive entretemps.

Joëlle

1 commentaire sur cet article

  1. C’est surtout parce que Hans Silvester était le parrain de ce festival et présent que je suis venu. J’ai eu plaisir à le voir et voir ses photos ; je les adore toutes (les premières que j’ai connues était celles sur les chevaux de Camargue, c’est dire que ça ne date pas d’hier !).
    Comme toi, j’ai été déçu de ne pas pouvoir acheter son livre et lui en demander une dédicace.
    Ce parcours a été un plaisir pour moi de rencontrer aussi quelques autres photographes dont je connaissais les noms et également d’en découvrir bien d’autres tout aussi intéressants et passionnants.
    C’est une expérience que je renouvellerai.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.