Actualités

« Les gens dans l’enveloppe », d’Isabelle Monnin

Bonjour à tous,

Au programme de cet article, une suggestion de lecture.

Au détour d’un zap un samedi soir à la télévision, j’avais vu dans l’émission de Ruquier, « On n’est pas couchés », l’auteur d’un livre nommé « Les gens dans l’enveloppe » (Ed. J-C Lattès)

les gens dans l'enveloppe

Isabelle Monnin, journaliste, avait créé un roman autour d’un lot de 250 photos de famille…. ceci constitue la première partie du livre.

Mais ensuite, la journaliste a repris le dessus et Isabelle Monnin a recherché les personnes, les a retrouvées, et a comparé sa version romancée, créée à partir de rien et dans un style littéraire qui m’a vraiment séduite, avec la réalité de leur parcours…

Le livre s’ouvre sur une citation…

« Alors les photos de famille restent là, dans leurs petits cercueils de carton, et on peut les oublier, elles sont comme des croix plantées, elles appellent le plaisir mélancolique. Quand on ouvre le carton, aussitôt, c’est la mort qui saute aux yeux, et c’est la vie, toutes les deux nouées, enlacées, elles se recouvrent et elles se masquent. » (Hervé Guibert, « L’image fantôme ») »

Avant d’aller plus loin dans mon retour, je vous suggère de découvrir l’extrait de l’émission qui m’avait donné envie d’acheter le bouquin..

onpc

Après la partie « enquête », le livre contient donc également un CD audio…

Pour ma part, j’ai été scotchée vraiment depuis le début.. une écriture efficace, un style poétique, et multiple : selon le personnage qui est au coeur du récit, le juste ton, la dose de poésie et d’imaginaire qui convient parfaitement.. La sortie du livre tombait bien.. je suis en effet en train de scanner toute une série de vieux négatifs, ou même de plus vieilles photos, pour refaire des livres propres…

En écoutant l’émission, je me demandais également comment trouver l’équilibre entre la partie romancée du début, et la partie « enquête »… je m’attendais à être moins captivée par la seconde moitié. Mais en réalité je serais bien en peine de dire ce que je préfère.

Quelques phrases de cette seconde partie ont d’ailleurs rejoint ma collection de citations.

Une première, qui décrit bien mieux que je n’aurais pu le faire la façon dont une idée chemine quand elle s’impose malgré tout, et devient une incontournable évidence…

« Un jour, c’est au printemps de l’année suivante, je me réveille et l’idée est là, au milieu de la vie. Il serait tentant de la contourner de l’ignorer, je l’enjamberais et rien ne se passerait. Mais ça ne se discute ni ne se réfléchit, les idées sont comme les enfants dès les toutes premières heures de leur existence : impossible d’envisager la vie sans elles. Celle-ci occupe tout de suite toute la place, elle me parle sous la douche, elle chantonne jusqu’au métro, elle traverse hors des clous, distrait les réunions de travail, couvre le fracas des casseroles qui préparent le repas, guette ce que je lis par-dessus l’épaule, chuchote « Dors bien » et me réveille pourtant au milieu de la nuit, exigeant que je la note, que je la regarde, la jauge, la flatte, que je la caresse dans tous les sens. L’idée, comme l’amoureux, empêche de dormir. Elle trouve qu’on a mieux à faire. » (Isabelle Monnin, « Les gens dans l’enveloppe »)

 Et cette petite phrase, qui montre que les vérités n’ont pas besoin de longues tirades…

 « C’est peut-être simplement ça, être romancière : avoir des livres qui poussent dans les interstices de tout. » (Isabelle Monnin, « Les gens dans l’enveloppe »

 

Une autre encore a rejoint la liste qui se trouve ICI, au bas de la page. Décidément un style efficace et poétique que j’ai vraiment beaucoup aimé.

Restait à découvrir le CD qui accompagne l’ouvrage.

A ce niveau je dois m’avouer un peu moins conquise…  même si l’idée de proposer une oeuvre « multi » lectures et multidisciplinaire est tout à fait excellente, j’ai un peu moins vibré sur les chansons contenues dans le CD. Mais ceci n’est bien sûr, comme le reste, qu’un avis personnel.

Il n’en reste pas moins que dans l’ensemble, l’expérience est étonnante et vaut totalement le détour.

A présent deux questions :

  • Pour la première, j’ai la réponse : « Quand vais-je découvrir ses autres ouvrages » ?……. le plus vite possible, car réellement j’ai bien vibré
  • Pour la seconde, la question est pour l’auteur : « Envisagez-vous de chercher une autre enveloppe, une autre famille, une autre histoire qui fait écho à la vôtre ou à la nôtre ? »

 

Et pour une approche plus juridique de la question, je vous invite à découvrir l’interview que j’ai accordée à Hélène SOULA sur son excellent blog, à l’adresse http://www.helenesoula.fr/publier-photos-famille-droit-image/
(cliquez sur le visuel ci-dessous).

soula_article

 

L’article est accessible pour les membres inscrits, mais l’inscription est gratuite.

Bonne(S) lecture(S) !

 

Joëlle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.