Actualités

On a tous dans le coeur…

Bonjour…

J’ajoute à ce blog une petite rubrique « coups de coeur » avec, au bas de cet article, un défi pour chacun de vous…

En effet, on a tous dans le coeur, parmi les dizaines, centaines ou milliers de photos qu’on a pu prendre, l’un ou l’autre cliché qu’on aime particulièrement

LE cliché qu’on s’en serait voulu longtemps de ne pas prendre.
Celui qui, au milieu de centaines de photos ou de plusieurs dizaines de pellicules, fut l’objet de toute notre impatience au retour d’un voyage ou d’une balade…
Un instant particulier qu’on veut garder..    et qui a son histoire propre.

Pour moi, dans cette catégorie des photos que je n’aurais jamais voulu rater, figure en premier lieu celle-ci :

 

papy-cubain---reduitLa photo a été prise en aout 1996 dans le petit village de Trinidad à Cuba, l’un des plus beaux endroits où j’ai eu le plaisir de balader mon appareil photo..
Mais c’était en argentique.. et si j’y retournais c’est une journée complète que j’y passerais, deux peut-être, même si le village est minuscule… je prendrais le temps de m’asseoir, de parler avec les enfants, de parcourir aussi les minuscules ruelles et les lumières qui changent…

Mais ce jour là il y a du monde… on ne choisit pas toujours la meilleure période pour explorer le monde ni les conditions dans lesquelles on le fait.
Les ruelles pavées de Trinidad sont battues par des tas de pieds de touristes.. cela enlève forcément un peu au charme du lieu, mais malgré tout je m’y sens bien … les couleurs sont magnifiques, l’ambiance étonnante…

Au détour d’une ruelle, je vois cet homme assis tranquillement sur les marches de cette maison, et qui regarde d’un oeil amusé les touristes qui défilent.

Mon oeil est attiré par le blanc de sa moustache qui rappelle la tache en forme de continent Africain sur le mur

A l’heure où les préoccupations n’étaient pas encore axées sur le droit à l’image, je souris à ce vieil homme et je m’arrête à bonne distance de lui.. j’ai alors sur mon vieux Pentax K1000 et un zoom Vivitar 75-300 mm qui m’oblige à un peu de recul… le petit sourire qu’il me rend me laisse penser qu’il accepte que je le photographie et je me place et vise sans tarder, mais à ce moment arrive un groupe de touristes qui accapare les 2m50 de largeur de cette ruelle.. et j’attends…  ah maudits touristes.. même si je suis bien obligée d’admettre que j’en fais également partie, ceux-ci m’agacent particulièrement.

Et  chaque fois que je peux penser à remettre ce vieil homme dans mon viseur, quelqu’un d’autre arrive…
Il s’écoule comme ça 2 ou 3 min qui me paraissent très longues, car je vois déjà mentalement le résultat de ma photo, et je crains qu’il ne se lasse, qu’il abandonne ce petit air amusé qui fait de cet instant un moment unique..

Puis le groupe de touristes me laisse enfin un peu de répit et je prends ma photo…

Ce vieux monsieur que j’appelle « mon papy cubain », et qui a été affiché aux murs de tous les endroits où j’ai habité depuis 1996, a un petit goût d’ailleurs qui me plait, et un petit sourire en coin qui continue à m’émouvoir.
Il n’a pas cessé de sourire, de me regarder et d’attendre patiemment que je saisisse cet instant en se prêtant au jeu sans un mot, malgré l’invasion que devait représenter pour lui cette marée de touristes dans un village d’une telle beauté.

Ce Papy doit être mort aujourd’hui, mais si j’avais eu à l’époque le réflexe, je lui aurais demandé son nom et son adresse, et lui aurais envoyé un tirage…
C’est mon seul regret pour cette photo et une belle erreur de ma part : n’avoir pas pu la partager avec lui, car cet instant, je ne l’oublierai pas..

Alors bien sûr j’ai pris d’autres photos à Cuba..  Mais au retour, sur 18 ou 19 pellicules argentiques, dont 8 prises en plongée sous-marine, une seule photo comptait…  je voulais bien avoir raté toutes les autres, mais pas celle-là.

Aujourd’hui, mon négatif a mal vieilli.. il est rayé, et presque inutilisable à force d’avoir été renvoyé au labo pour tirages et malgré que je l’ai toujours bien stocké…
….  fort heureusement il me reste un tirage 30×45 cm qui lui a été bien conservé…
…… et un ami qui a un scanner assez grand pour sauver le cliché en très haute définition.

Merci à lui  car cette photo-là est de celles que j’aurais regretté longtemps de ne plus pouvoir faire tirer….

Alors à mes lecteurs, je suggère une idée : vous êtes l’auteur d’un blog ? d’un site ?? créez une rubrique équivalente, racontez l’histoire d’un cliché qui vous tient à coeur… et quand c’est fait, venez insérer un lien en commentaire sous cet article… et ainsi nous partagerons nos petites histoires sur les clichés qu’on a dans le coeur..

Qui commence ???

Joëlle

2 commentaires sur cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.