Actualités

KARNAVAL JACMEL de Corentin Fohlen, le livre qu’on lit au moins deux fois de suite

Bonjour à tous,

Au programme d’aujourd’hui, après un début de journée fort studieux, une lecture qui m’attendait depuis mon retour du Salon de la photo.

Petit rappel

J’avais en effet participé, il y a quelques mois, à la campagne de crowdfuning lancée par le photographe et journaliste Corentin FOHLEN pour son ouvrage consacré au carnaval haïtien de la petite ville de Jacmel.

Le temps passant, la campagne fut finalisée avec succès, et le livre vit le jour. J’ai profité de la conférence donnée par Corentin lors du Salon pour récupérer mon exemplaire tout chaud de l’ouvrage.
(Corentin FOHLEN et son éditeur, Eric Le Brun – Ed.Lightmotiv pendant la conférence sur le stand de Compétence Photo).

Petit passage par la case « dédicace » bien sûr, bavardage et discussions autour du projet lui-même, de ses contraintes et des belles rencontres qu’il avait suscitées, au sentiment des haïtiens par rapport à l’intrusion de certains touristes/journalistes/photographes, etc.

Souvenez-vous aussi de l’interview de Corentin que je publiais dans ma série « Croire en ses rêves » (PAR ICI).

Dans les réponses qu’il m’avait faites, Corentin avait rappelé une vérité qu’on ferait bien de toujours garder à l’esprit : « Le plus gros obstacle est toujours celui qu’on se met mentalement. Une fois lancé, on s’adapte à toutes les situations. »

Dans le récit qu’il m’a fait de la mise en oeuvre de ce projet, les explications techniques (notamment la raison pour laquelle il a choisi d’installer un studio mobile au lieu de se fondre dans les cortèges du carnaval lui-même) furent une excellente illustration de son propos.

Le livre

J’avais pu assister à la fin de la conférence donnée au Salon, et notamment au passage où Corentin et son éditeur expliquaient qu’ils avaient choisi de… ne PAS mettre de titre sur la 1ère de couverture. En en fait, je n’y avais pas prêté attention. Cette couverture attire résolument le regard. Le côté déstructuré du portrait, qui semble gagner du terrain sur le fond jaune (à moins que ce ne soit l’inverse ?) est d’une efficacité redoutable.

A l’intérieur, pas de texte d’intro : le lecteur est directement plongé dans les photos, toutes sur fond noir, mais accompagnées aussi d’un texte du poète et écrivain haïtien René DEPESTRE.

Ce texte est lui-même déstructuré… quelques mots posés sur certaines pages, à gauche ou à droite, le reste étant entièrement consacré aux photos.

Et c’est la raison pour laquelle j’ai intitulé mon article de cette façon. Car pour ma part, j’ai fait une première lecture consacrée au texte en visionnant les photos rapidement, avant de recommencer uniquement pour les photos et leurs détails.

Après quoi, je me suis attardée sur les textes ajoutés en fin d’ouvrage : un extrait de livre du même René DEPESTRE, et un texte de l’historien et professeur de lettres Jean-Élie GILLES à propos de la ville de Jacmel.

J’ai pris une très belle claque visuelle sur les photos, vraiment. Moi qui adore les couleurs et leurs assemblages (voyez PAR ICI notamment), qui adore aussi photographier les détails de déguisements (voir notamment ICI et ICI – cette photo et les suivantes), je n’ose imaginer le nombre de cartes mémoire que je remplirais dans un environnement comme le carnaval de Jacmel…

Les costumes photographiés par Corentin (et pour lesquels quelques mots d’explication sont aussi proposés en fin d’ouvrage) sont MAGNIFIQUES.

Un grand merci, Corentin, pour cette balade colorée.

Et pour de plus amples infos sur cet ouvrage cliquez sur la couverture ci-contre, qui vous emmènera sur le site de l’éditeur.

 

À très bientôt pour de nouveaux articles.

Joëlle

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *