Mots clés : Fabrice Guérin